Barrage en Éthiopie – Contrôler 50 kilomètres de soudure

1 800 mètres de longueur, 150 mètres de hauteur, une étendue de 1 900 km2 permettant de contenir plus de 74 milliards de mètres cubes d’eau… Seize turbines devant à terme produire a minima 6 000 mégawatts d’électricité : au Nord-Ouest, près de la frontière avec le Soudan, se joue le futur de l’indépendance énergétique de l’Éthiopie. Il est appelé à devenir le plus grand barrage du Nil et d’Afrique. Pour ériger Renaissance – son nom – plus de 9 000 personnes sont mobilisées depuis plus de cinq ans. Parmi les entreprises engagées dans l’édification de ce monstre aux 10 millions de mètres cubes de béton, Tractebel (groupe Engie) supervise entre autres la réalisation de 16 conduites forcées. Des ouvrages d’amenée d’eau de la vanne de tête jusqu’à la centrale de production de 8 mètres de diamètre. Tractebel a confié au Cetim la délicate tâche de contrôler les pièces chaudronnées réalisées en Éthiopie. 50 kilomètres de soudures ! Une gageure que le Cetim compte bien soutenir en s’appuyant sur deux de ses partenaires : l’entreprise tunisienne TIC et la société ITCS. Les contrôles non destructifs ne s’arrêtent pas là puisque l’équipe s’attèle également à l’inspection des supports de turbines.

Source : Cetim Rapport annuel 2016, page 49

Publicités

Autoclaves industriels : contrôler sans démonter

Spécialisée dans la fabrication de moyens chauds pour la cuisson des composites, Aeroform confie au Cetim les opérations de requalification des autoclaves industriels afin de mieux équilibrer la charge de ses équipes.

Lire l’article

Contrôle des sphères par émission acoustique

CHAUDRONNERIE

Le Cetim est intervenu à la demande du Centre technique des industries mécaniques et électriques de Tunisie (Cetime). Objectif : mettre en place les contrôles de quatre sphères de stockage de GPL de la SNDP Agil.

Pour en savoir plus, lire le document.

 

 

Les compétences du Cetim s’expriment à travers sa capacité à maîtriser l’ensemble des technologies mécaniques. Les cas qui sont présentées ici exposent des exemples de réalisations menées pour ses clients tant à titre collectif qu’à titre individuel. Elles témoignent de la capacité du Cetim à proposer une offre globale et personnalisée de prestations autant pour les grands donneurs d’ordre que pour les petites entreprises.

 

L’expertise CND du Cetim dans l’hydroélectricité

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Hydrostadium, filiale à 100% d’EDF a été chargé de contrôler la bonne tenue de la centrale hydroélectrique du Pas-du-Loup à Arles-sur-Tech. Elle a confié au Cetim l’examen la conduite forcée qui relie la retenue d’eau à la centrale.

L’examen de la conduite forcée de la centrale hydroélectrique du Pas-du-Loup, dans les Pyrénées orientales, a nécessité le recours à trois outils de contrôle non destructif : l’ACFM, les ultrasons TOFD et multiéléments.

Pour en savoir plus, lire le document.

Les compétences du Cetim s’expriment à travers sa capacité à maîtriser l’ensemble des technologies mécaniques. Les cas qui sont présentées ici exposent des exemples de réalisations menées pour ses clients tant à titre collectif qu’à titre individuel. Elles témoignent de la capacité du Cetim à proposer une offre globale et personnalisée de prestations autant pour les grands donneurs d’ordre que pour les petites entreprises.

Une solution rapide et sûre de contrôle des caténaires

Un exemple d’intervention des experts CND du Cetim pour soutenir la SNCF dans le développement de solutions innovante.

Pour éviter tout risque d’interruption du trafic TGV, la SNCF développe une solution rapide et sûre de contrôle des caténaires. Le prototype réalisé intègre un capteur à ultrasons dans un équipement se déplaçant à 5 km/h le long de la caténaire.

L’imagerie ultrasonore de la caténaire pendant le déplacement est une solution innovante de CND sur produit long. La visualisation 3D des défauts sur scanneur rayon X du Cetim a permis de valider les détections ultrasonores de défauts réels.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Fissure sur une drague du port autonome de Nantes-St-Nazaire

Une fissure importante découverte sur la drague André Gendre du Port Autonome de Nantes Saint-Nazaire a obligé les équipes techniques à réagir vite lors de sa mise à sec. Elles ont fait appel au Cetim.
Pour en savoir plus, lire l’article en cliquant ici

 

Le Cetim traque les micro-fuites chez Total E&P Congo

Comment assurer la sécurité, tout en évitant le remplacement d’un échangeur thermique tubulaire de 37 tonnes fuyard, installé sur une barge à soixante kilomètres des côtes ? C’est la question que se sont posés les responsables techniques de Total E&P Congo, en charge de la barge pétrolière de N’Kossa, après avoir constaté une micro-fuite difficile à repérer par des méthodes traditionnelles. 

Les spécialistes du Cetim appelés à la rescousse ont utilisé un procédé innovant pour détecter cette micro-fuite.

Acceder article

Suivi de l’endommagement dans les structures en composites par une analyse optique in-situ

Ce travail a été réalisé par une équipe conjointe du Centre des Matériaux, MinesParisTech à Evry, de l’Université de Bourgogne, Mirande à Dijon, du Cetim, Nantes. Il présente une technique de détection et de suivi de l’endommagement dans les structures en matériaux composites. Les mécanismes d’endommagement dans ces matériaux sont complexes. Dès lors que l’on souhaite modéliser le comportement d’une structure, il est important de comprendre comment celle-ci s’endommage. La méthode optique d’observation in-situ proposée (micro-tomographie computed) est appliquée au cas d’une plaque trouée.

Nous avons déjà traité ce sujet dans un précédent article de ce blog, voir l’article.