Comparison of different failure theories of composite material

ELKAn interesting paper published by ELK Asia Pacific Journals. Different failure theories are used to assess failure analysis of composite materials as Failure criteria is important step of failure analysis. As composites material are orthotropic or anisotropic by nature so shows complex failure .There are many modes of failure such as basically fibre failure, matrix failure, inter fibre failure crack propagation, delaminations. In this paper we compare five theory such as Tsai , Puck, Rotem, Zinoviev and Edge there failure mode and approach used.In this we reviewed paper of WWFE by Hinton in 2002 for comparing the theories. This paper aims to solve basic problem associated with use of failure criterion for composite material.

Read the paper

Publicités

Des défauts sous les flashs

Le groupe Duqueine a adopté la thermographie infrarouge active afin de s’assurer de la qualité des composites utilisés pour un capot d’essai de réacteur d’avion. Les experts du Cetim, sollicités par l’entreprise, proposent alors d’optimiser le procédé de thermographie infrarouge active.

Pour lire l’article cliquez ici

 

Failure analysis of the mobile elevating work platform

 

 

 

 

An interesting  paper in « Case study in Engineering Failure Analysis » published on ScienceDirect.com. This paper outlines investigations of the accident which occurred during startup of the extending structure from the transport position of a mobile elevating work platforms. The investigation results presented in this paper are important because same or similar problems could arise in supporting structures of various types of transportation, construction and mining machines.

More at : click here

Optimiser la fabrication de pièces en acier fritté

Continental Automotive France produit notamment des pompes à carburant haute pression qui sont raccordées au moteur par une pièce en acier fabriquée en Italie par métallurgie des poudres. Cette pièce joue un rôle-clé dans la fiabilité du véhicule final. Pour optimiser la fabrication de pièces en acier fritté utilisant la technologie de la métallurgie des poudres, Continental Automotive France a fait réaliser, en moins de deux mois, un bilan complet des caractéristiques métallurgiques et du mode de fabrication de composants déployés dans les moteurs.

Le Cetim regroupe sur ses différents sites et sur ceux de ses centres associés une très large palette de spécialistes de haut niveau, ce qui lui permet de répondre de manière très réactive aux demandes d’expertises les plus complexes des industriels de la mécanique, dans un véritable cadre pluridisciplinaire.

Pour lire l’article

 

Brûlures de rectification de pignons d’engrenage

Les contraintes environnementales ont poussé Lufkin France à changer de méthode de détection des brûlures de rectification des pignons d’engrenage. L’attaque Nital a ainsi été avantageusement remplacée par la mesure du bruit Barkhausen, une méthode de contrôle non destructif.

L’entreprise s’est alors appuyée sur les experts du contrôle non destructif du Cetim afin de se former et de définir une procédure de tests.

Pour en savoir plus, cliquez ici

.

 

 

Analyse des contraintes résiduelles

Le constructeur automobile Renault a choisi de confier au Cetim l’analyse des contraintes résiduelles introduites par l’opération de grenaillage sur les éléments de pignonnerie de ses boîtes de vitesses. Le contrôle est effectué de manière continue par prélèvement d’échantillons sur les chaînes de fabrication. Une collaboration basée sur le respect des délais et la qualité du service qui permet au Cetim d’intervenir pour trois usines européennes du groupe.


Pour en savoir plus, lire l’article, cliquez ici.

Rupture d’une roue conique d’un moteur d’hélicoptère

The Transportation Safety Board of Canada a publié sur son site les résultats de l’enquête menée à la suite de l’accident d’un hélicoptère Aerospatiale AS 350 B3.

L’examen du moteur a permis de déterminer que la roue conique à 41 dents (référence 0292127330) s’était brisée à cause d’une fissuration de fatigue polycyclique. La roue avait été posée au moment de la fabrication du moteur, et elle totalisait 1644 heures de vol depuis sa mise en service initiale. L’examen métallurgique de la roue a révélé nombre de criques de fatigue prenant naissance à la base de nombreuses dents. Des criques de fatigue circulaires ont également été découvertes en bordure de la roue. Celle-ci ne présentait aucun défaut de fabrication qui aurait pu véritablement contribuer à sa défaillance.

Lien vers le rapport d’expertise :Transportation Safety Board of Canada – Aviation Investigation Report A07O0314.