Un cours sur la Mécanique de la rupture

La mécanique de la rupture a été introduite par Griffith vers 1920. L’objectif de la mécanique de la rupture est de caractériser le comportement à la fissuration des structures à l’aide de paramètres quantifiables au sens de l’ingénieur, notamment le champ de contraintes, la taille de la fissure et la résistance à la fissuration du matériau.

J’ai trouvé ce cours de l’Ecole des Mines de Douai mis en ligne en octobre 2010, il vous montrera que la  compréhension des phénomènes physiques à la base des endommagements et de la rupture est fondamentale pour choisir les méthodes appropriées d’analyses de défaillances ou de dimensionnement de pièces mécaniques.

 

Publicités

Récents développements des méthodes d’évaluation de la fatigue

Un papier intéressant publié par le « 18th International Ship and Offshore Structures Congress » concernant les développements récents de méthodes d’évaluation de propagation de fissures de fatigue appliquées à la construction navale et offshore est consultable en ligne. Il s’agit d’un document de synthèse réalisé par l’ISSC Committee III.2, Fatigue and Fracture.

ISSC Comitee III2Suivez le lien : http://139.30.101.246/ISSC2012/images/stories/Proceedings/issc2012-vol1-com-III.2.pdf

Ce congrès s’est tenu du 9 au 13 septembre 2012 à Rostock en Allemagne.

Tolérance aux dommages de matériaux composites

L’utilisation de matériaux composites à matrice thermoplastique est en pleine croissance alors que leur comportement vis-à-vis de la fissuration reste assez méconnu en comparaison aux multiples travaux menés sur les composites à matrices thermodurcissables. Le Cetim a publié une étude dont l’approche consiste à évaluer, à l’aide d’essais et de critères basés sur la mécanique de la rupture, la résistance à la propagation de fissure de différents matériaux composites : Carbone/Epoxyde et Verre/Epoxyde pour les matrices thermodurcissables, Carbone/PEEK et Verre/ Polyamide pour les matrices thermoplastiques. Une instrumentation par corrélation d’image et vidéo-extensométrie est utilisée pour le suivi des propagations de fissure.

Pour en savoir plus :  cliquez ici

Mécanique de propagation et bifurcation des fissures

Chez Lavoisier, un nouvel ouvrage vient d’être publié dans la série Matériaux, MIM.

Deux champs d’étude constituent la structure de cet ouvrage, l’un relatif à la modélisation de la singularité induite par la pointe d’une fissure qui est relatée dans le premier tome intitulé : Modélisation des champs mécaniques en pointe de fissure et des singularités.
Après un premier volume intitulé « Mécanique de la rupture par fissuration », ce deuxième tome traite des critères de propagation et de bifurcation de fissure en milieu élastique et élastoplastique sous des chargements monotones (Rupture fragile) et dynamique (Rupture par Fatigue).

 

 

 

Mécanique de la rupture fragile et ductile

Citation

Mécanique de la rupture fragile et ductile: Amazon.fr: Jean-Baptiste Leblond: Livres

Cet ouvrage présente, en deux parties clairement séparées, les éléments fondamentaux de la mécanique de la rupture, fragile d’une part, ductile de l’autre, et quelques développements récents dans les deux domaines, souvent choisis parmi les contributions de l’auteur et de ses collaborateurs. L’accent est essentiellement mis sur les fondements des deus théories, mais certaines applications particulièrement significatives sont également présentées. La partie consacrée à la rupture fragile vient compléter d’autres ouvrages classiques, notamment en ce qui concerne les problèmes de mode mixte, les fissures d’interface et les problèmes tridimensionnels. La partie consacrée à la rupture ductile rassemble pour la première fois dans un ouvrage les éléments de base, précédemment disponibles uniquement dans les articles spécialisés, de la théorie  » locale « , la plus moderne, de ce type de rupture. Mécanique de la rupture fragile et ductile s’adresse aux étudiants de niveau 3ème cycle, aux chercheurs débutants et aux ingénieurs en mécanique des solides

Biographie de l’auteur

Jean-Baptiste Leblond est professeur à l’université Pierre et Marie Curie (Paris VI), laboratoire de modélisation en mécanique