Ruptures prématurées : comment les éviter ?

Un article paru dans le numéro 218 de Cetim-Infos de juin 2012 fait le point sur la fragilisation par l’hydrogène des éléments de fixation.

Pour alléger les voitures et diminuer leur consommation, les constructeurs réduisent la masse des assemblages. Contrepartie : pour maintenir la sécurité, il faut augmenter la résistance mécanique des aciers. Problème : plus la résistance des aciers est élevée, plus les risques de fragilisation à l’hydrogène augmente. Des solutions existent !

L’ajout de chrome, de titane, de niobium ou de vanadium lors de l’élaboration de l’acier permet d’éviter la fragilisation par l’hydrogène.

Des études ont ainsi été menées avec le Cetim sur la fragilisation par l’hydrogène et l’analyse des causes de ruine des assemblages.

Publicités

Structure en bandes dans les aciers – influence sur la soudabilité constructive

Lors des études sur la tenue à la fatigue de pièces soudées en angle, il arrive qu’un mode de ruine un peu particulier avec un faciès de type arrachement lamellaire (aspect en bois pourri) soit observé.

Un examen sur coupe révèle alors une structure en bandes sans éléments susceptibles d’alerter le soudeur sur un quelconque risque.

D’où proviennent ces structures, comment s’en prémunir ?

C’est le sujet de cette synthèse réalisée au Cetim.

*Pour en savoir plus : Structure en bandes dans les aciers – influence sur la soudabilité constructive – Cetim.