La corrosion de l’aluminium et de ses alliages

La corrosion de l’aluminium et de ses alliages commence souvent aux fissures de la couche d’oxyde, aux rayures ou aux intermétalliques. L’aluminium ne subira une corrosion uniforme que dans les milieux fortement fortement acides ou alcalins, c-à-d. quand la couche d’oxyde est soluble dans l’environnement.

Photo : exemple de corrosion filiforme Corrosion filiforme

Photo : exemple de corrosion galvaniqueCorrosion galvanique

Photo : exemple de corrosion intergranulaireCorrosion intergranulaire

Piqûre sur un alliage contenant du CuCorrosion par piqûre sur un alliage contenant du Cu

                                       Corrosion sous contrainte

Lire plus : http://aluminium.matter.org.uk/content/html/FRE/default.asp?catid=180&pageid=2144416690

 

Publicités

Fissuration sous contraintes des laitons de robinetterie gaz. Essais préliminaires et mise au point du plan d’expérience – Cetim

Fissuration sous contraintes des laitons de robinetterie gaz. Essais préliminaires et mise au point du plan d’expérience – Cetim.

Le laiton utilisé dans la fabrication des composants de robinetterie peut, sous certaines conditions, être affecté par une fissuration traversante, due à un phénomène de corrosion sous contraintes. Jusqu’à récemment, la résistance de ces composants à la corrosion sous contrainte était évaluée au moyen de l’essai normalisé ISO 6957. Cette procédure d’essai présentait deux inconvénients majeurs : une mise en ?uvre délicate et peu propice à être utilisée sur le lieu de fabrication, et un manque de fiabilité (certaines pièces sensibles n’étant pas détectées par le test).

Afin de mieux répondre aux besoins des industriels, Gaz De France a publié en 2004, une nouvelle procédure de test (NF 078, SROB100-NF) plus simple et de mise en ?uvre possible sur le site de fabrication.

Les industriels de la profession rencontrent des problèmes de reproductibilité et de représentativité par rapport aux installations réelles et ont donc demandé au Cetim de déterminer les limites du test « NF 078, SROB100-NF ».

Le Cetim a mis au point une cellule d’essai permettant de reproduire les conditions de la procédure du test sur des éprouvettes en laiton : atmosphère ammoniaquée, température contrôlée, application de niveaux de contrainte précis. Une première campagne d’essai a permis de mesurer la dispersion des résultats et la discrimination de la réponse par rapport au niveau de contrainte appliquée.