Le brasage des aciers inoxydables austénitiques, Corrosion interfaciale et choix des métaux d’apport

Le Cetim vient de publier une étude sur la corrosion interfaciale des aciers inoxydables brasés dont les résultats sont réservés à l’usage ses cotisants.

Dans certaines conditions, les assemblages brasés sur acier inoxydable sont sensibles à une forme grave de corrosion, dite interfaciale qui progresse entre le métal de base et la brasure, et qui peut ainsi conduire très rapidement à la séparation complète de l’assemblage.

Malgré de nombreux travaux sur ce sujet, aucune théorie n’est encore généralement admise quant au mécanisme de cette corrosion.
Cette étude menée par le Cetim, confiée à l’Institut de Soudure, a pour objectif de clarifier la situation en évaluant le comportement de divers alliages d’apport (à base d’argent, de nickel et de cuivre) utilisés sur des aciers inoxydables austénitiques.
L’étude électrochimique met en relief l’influence fondamentale du flux sur le comportement de l’acier inoxydable : il inverse les potentiels entre les deux métaux et rend l’acier inoxydable moins noble. Notre document fournit aussi des éléments pour le choix d’une nuance de métal d’apport.

Pour savoir plus  :Brasage-des-aciers-inoxydables-austenitiques-Le

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s